Ressources scientifiques
pour l’enseignement de la physique

Un partenariat entre

ENS Lyon Eduscol
Outils personnels
Navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités

Veille

La pluie d'étoiles filantes des Géminides, 14 décembre 2009
Cette année, le maximum d'acticité de la pluie d'étoiles filantes des Géminides aura lieu dans la nuit du 13 au 14 décembre et les conditions d'observation sont idéales car cela survient en période de nouvelle lune.
Le télescope Fermi détecte l'éruption exceptionnelle d'un blazar en rayons gamma
Le télescope Fermi a permis aux astronomes de détecter l'éruption exceptionnelle d'un blazar, un quasar dont les jets de particules sont orientés dans notre direction. Cette galaxie à noyau actif est actuellement la source la plus brillante du ciel jamais observée en rayons gamma.
Un spectromètre ultrasensible bat tous les records
Un spectromètre aux performances inégalées capable d'identifier des traces infimes de gaz en temps réel a été développé par des chercheurs du Laboratoire de Photophysique moléculaire du CNRS (LPPM) et du Max Planck Institute of Quantum Optics (Allemagne). Dirigée par Theodor W. Hänsch, prix Nobel de physique (2005) et Nathalie Picqué du LPPM, l'équipe internationale a conçu un instrument basé sur deux lasers peignes de fréquences femtosecondes.
ALMA, un interféromètre millimétrique/submillimétrique astronomique
Une équipe d'astronomes et d'ingénieurs travaillant au développement du projet de grand interféromètre millimétrique et submillimétrique ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) vient d'obtenir le premier signal sur site.
Redémarrage du LHC sur les chapeaux de roue... ou plutôt d'anneau !
Depuis le 20 novembre 2009 les faisceaux de particules circulent à nouveau dans le Grand collisionneur de hadrons du CERN (LHC). Et dès le 30 novembre, c'est devenu l'accélérateur de particules ayant l'énergie la plus élevée au monde : son double faisceau de protons a été porté à une énergie de 1,18 TeV.
Le prix Nobel de Physique 2009 attribué à Charles Kao, Willard Boyle et George E. Smith
Le Prix Nobel de Physique 2009 a été décerné pour moitié à Charles Kao (Standard Telecommunication Laboratories, Harlow, Royaume-Uni et Université chinoise de Hong Kong) et pour moitié conjointement à Willard Boyle et George Smith (Bell Laboratories, USA).
Une cape d'invisibilité... contre les séismes !
Des écoles et des hôpitaux équipés pour ne pas ressentir les effets d'un séisme... Des chercheurs du CNRS ont imaginé à l'Institut Fresnel de Marseille un dispositif qui isole des ondes sismiques les plus dévastatrices. Conçue à partir de modèles mathématiques, cette « cape d'invisibilité » laisse présager des applications allant de l'industrie automobile et aéronautique aux protections antisismiques.
Quand les micro-bulles se mettent en rang
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS.
Médaille d'or 2009 du CNRS : Serge Haroche, physicien et explorateur du monde quantique
La Médaille d'or 2009 du CNRS est décernée au physicien Serge Haroche. Cette distinction récompense une personnalité scientifique dont les travaux ont contribué de manière exceptionnelle au dynamisme et au rayonnement de la recherche française. Serge Haroche est spécialiste de physique atomique et d'optique quantique. Il est l'un des fondateurs de l'électrodynamique quantique en cavité, domaine qui permet, par des expériences conceptuellement simples, d'éclairer les fondements de la théorie quantique et de réaliser des prototypes de systèmes de traitement quantique de l'information. Professeur au Collège de France depuis 2001, Serge Haroche dirige le groupe d'électrodynamique des systèmes simples au sein du laboratoire Kastler Brossel (École normale supérieure/Université Pierre et Marie Curie/CNRS).
Des biomolécules plaquées argent !
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS.
Découverte d'une exoplanète, à ce jour la moins massive : seulement deux fois la masse de la Terre
Une équipe d'astronomes franco-suisse-portugaise vient de découvrir l’exoplanète de plus petite masse encore jamais mise en évidence autour d'une étoile. La dénommée Gl581e (4ème planète découverte dans ce système) a une masse seulement 2 fois supérieure à celle de la Terre. Elle orbite en 3,15 jours autour de son étoile: Gliese 581. Les observations de cette équipe révisent aussi légèrement l'orbite d'une autre planète du système, Gl581d (7 masses terrestres), la plaçant de manière plus évidente dans la zone habitable de son étoile. Une étape de plus dans la recherche de planètes équivallentes à notre Terre !
Lancement du satellite GOCE qui mesurera en détail le champ de gravité terrestre
Le 17 mars 2009, le satellite d’étude de la gravité et de la circulation océanique en régime stable (GOCE pour Gravityfield and steady-state Ocean Circulation Explorer) de l’Agence spatiale européenne (ESA) a été injecté sur une orbite terrestre basse (260 km d'altitude) par un lanceur russe.
La comète Lulin visible à l'oeil nu ?
La comète Lulin approche de la Terre. Elle pourrait bien devenir visible à l’œil nu dans le courant du mois de février 2009.
LHC : redémarrage prévu pour fin juin 2009
Le 5 décembre 2008, le CERN a confirmé que le Grand Collisionneur de hadrons (LHC) redémarrera en 2009. Cette information figure dans le rapport sur la situation du LHC après un dysfonctionnement survenu le 19 septembre dernier qui avait entraîné l'arrêt anticipé du collisionneur.
D'où vient la masse du proton ?
A 95 % de l'énergie des quarks et des gluons, répondent les physiciens du Centre de physique théorique de Marseille. Menés à partir du modèle standard qui décrit les interactions entre particules élémentaires, leurs calculs prouvent que la masse du proton résulte principalement de l'énergie portée par ces tous petits "éléments" que sont les quarks et les gluons.
Le prix Nobel de Physique 2008 attribué à l'américain Yoichiro Nambu et aux japonais Makoto Kobayashi et Toshihide Maskawa
Le Prix Nobel de Physique 2008 vient d'être décerné pour moitié à Yoichiro Nambu (Université de Chicago, USA) et pour moitié conjointement à Makoto Kobayashi (Tsukuba, Japon) et Toshihide Maskawa (Université de Kyoto, Japon).
LHC : un incident entraîne un arrêt d'au minimum deux mois
Le 20 septembre 2008, le site du CERN communique sur un incident ayant eu lieu la veille, le 19 septembre, pendant la mise en service du dernier secteur du LHC (sans faisceau de particules).
Première lumière du satellite GLAST, rebaptisé Fermi
L'observatoire GLAST (Gamma-Ray Large Area Space Telescope), rebaptisé le « Fermi Gamma-Ray Space Telescope », a débuté sa mission d'observation de l'Univers en rayons gamma. Le satellite et ses instruments, réalisés par une collaboration incluant des équipes françaises de l'IN2P3-CNRS, de l'INSU-CNRS et du CEA, ont brillamment réussi leur qualification en vol. Les premières images sont très prometteuses.
LHC : premier faisceau de protons prévu pour le 10 septembre
Le CERN a annoncé le démarrage du LHC (Large hadron collider, le grand collisionneur de hadrons), pour le 10 septembre, matérialisé par l'injection du premier faisceau de particules au sein du collisionneur.
Le programme Astroparticules du CNRS s'achève : premier bilan et perspectives
Lancé en 2000, le grand programme du CNRS « Astroparticules », consacré à la détection des particules venues de l'espace, s'est achevé en décembre 2007. Le responsable de ce programme, Stavros Katsanevas, présente les résultats obtenus et les objectif du nouveau grand programme « Particules et Univers : observation, données, information » qui prend la suite.
Antares, un télescope sous-marin pour détecter les neutrinos
La construction du premier télescope sous-marin à neutrinos vient de s'achever. Depuis le début du mois de juin, les deux dernières lignes de détection d'Antares scrutent le fond de la Méditerranée à la recherche de neutrinos d'origine cosmique. Ce sont désormais 12 lignes de détection qui cherchent à capter ces particules élémentaires, témoins des phénomènes les plus violents de l'Univers.
Stoppés net par un soupçon de désordre
Sous l'effet de modifications infimes, telle l'introduction d'impuretés ou de défauts, certains matériaux conducteurs deviennent brutalement isolants. Les chercheurs du CNRS Alain Aspect et Philippe Bouyer et leur équipe de l'Institut d'Optique ont, pour la première fois, visualisé l'immobilisation d'atomes placés dans un faible désordre. Publiés le 12 juin 2008 dans la revue Nature, ces résultats pourraient permettre de mieux comprendre le rôle du désordre dans les propriétés électriques de certains matériaux.
Le satellite GLAST est en orbite !
GLAST (Gamma-Ray Large Area Space Telescope) est en orbite depuis le 11 juin 2008, ses panneaux solaires déployés. Placé sur une orbite circulaire de 560 km au-dessus de la Terre, il est prêt à scruter l’univers. Dans quelques jours, les premières données du télescope arriveront et, après une période de calibration de l’appareil, ce télescope spatial permettra de lever le voile sur les nombreux mystères qui entourent les sources connues de rayons gamma, voire de découvrir de nouvelles classes de sources de rayons gamma. Cinq équipes françaises de l'IN2P3-CNRS, de l'INSU-CNRS et de l'IRFU/CEA contribuent à ce projet.
La déchirure en pointe du papier peint expliquée par des physiciens !
Quand on essaye de décoller un ruban adhésif d'une surface, on obtient irrémédiablement un lambeau pointu alors que l'on voulait détacher tout le film. Une équipe du Laboratoire de physique et mécanique des milieux hétérogènes (CNRS/ESPCI/Universités Paris 6 et 7), en collaboration avec l'Université de Santiago du Chili et le MIT, explique l'origine physique de cette frustrante expérience dans un article publié dans le numéro de mai de Nature Materials. Ces travaux pourraient permettre de tester les propriétés mécaniques des films adhésifs très fins utilisés dans l'industrie.
Un nouveau pas pour déclencher la foudre par laser
L'équipe de chercheurs franco-germano-suisse Téramobile a réussi pour la première fois à créer des micro-décharges dans un nuage d'orage grâce à un laser : un nouveau pas pour déclencher la foudre. Téramobile rassemble notamment des chercheurs du Laboratoire d'optique appliquée (CNRS/École nationale supérieure des techniques avancées/École Polytechnique/Université Paris 11) et du Laboratoire de Spectrométrie Ionique et Moléculaire (CNRS/Université Lyon 1).
Des caoutchoucs capables de s'auto-réparer
Un caoutchouc coupé ou déchiré peut-il être réparé par une simple remise en contact à température ambiante ? Oui ! répond l'équipe de Ludwik Leibler du laboratoire Matière molle et chimie (CNRS/Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles de Paris, ESPCI).
Accélération de l'expansion de l'univers, mesure de la vitesse de plus de 10000 galaxies
L'accélération de l'expansion de l'univers est un phénomène pour l'instant inexpliqué. Ce mystère pourrait être levé grâce à une nouvelle méthode mise au point par une équipe internationale de chercheurs, dont plusieurs appartiennent à des laboratoires associés au CNRS. Pour cela, les scientifiques ont, pour la première fois, mesuré la position et la vitesse de plus de 10 000 galaxies dans l'univers lointain, via l'instrument VIMOS, dont le responsable est Olivier Le Fèvre, directeur du Laboratoire d'astrophysique de Marseille (LAM).
Eclipse totale de Lune - nuit du 20 au 21 février 2008
L'éclipse totale de Lune du 21 février 2008 sera bien visible dans sa phase de totalité en France métropolitaine.
Les sources des rayons cosmiques d'énergie extrême
Les chercheurs de l'Observatoire Pierre Auger ont démontré l'origine extragalactique des rayons cosmiques d'énergie extrême qui bombardent la Terre. Les noyaux actifs de galaxie en seraient les sources les plus plausibles. L'Observatoire Pierre Auger est le plus grand instrument consacré à l'étude des rayons cosmiques.
Marche aléatoire, et temps de parcours moyen
En prenant à chaque carrefour une direction aléatoire, au bout de combien de temps arrive-t-on à destination ? Les chercheurs du Laboratoire de physique théorique de la matière condensée (CNRS/Université Paris 6) ont élaboré une théorie qui permet, pour la première fois, d'évaluer ce temps dans de nombreuses situations. Testée sur différents modèles de physique statistique, elle est en bon accord avec les temps réels obtenus.