Ressources scientifiques
pour l’enseignement de la physique

Un partenariat entre

ENS Lyon Eduscol
Outils personnels
Navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités

Veille

Des nouvelles de la mesure de la vitesse des neutrinos
Le groupe de recherche issu de la collaboration OPERA qui avait publié en septembre 2011 des résultats montrant que le vitesse du neutrino pourrait être supérieure à la vitesse de la lumière d'environ 7 km/s a identifié deux effets susceptibles d'avoir une influence sur la mesure réalisée.
Un an après Fukushima : le bilan
A l'occasion de l'anniversaire de la catastrophe nucléaire au Japon, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) publie un dossier spécial qui permet de mieux comprendre le déroulement de l’accident, ses conséquences sur l'environnement terrestre et marin, les enjeux sanitaires et la protection des populations. Ce dossier évoque aussi la gestion de la crise en France et les enseignements qu'il faut tirer de cette catastrophe.
100 ans de supraconductivité !
A l'occasion des 100 ans de la supraconductivité, l'Institut de physique du CNRS propose un film pluridisciplinaire qui met en avant : études fondamentales et applications, théorie et expériences et développement instrumental sur le sujet.
Déjà 70 millions de millions de collisions au LHC !
Une actualité du site LHC France. Les expériences Atlas et CMS du LHC ont désormais enregistré environ 70 millions de millions de collisions (1 femtobarn inverse de données pour le physicien).
Faire fusionner deux faisceaux laser
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS. La mise en œuvre des lasers ultra-intenses qui seront prochainement produits par des sources telles que le laser MegaJoule (Bordeaux) nécessite de maitriser des phénomènes physiques pouvant conduire à la détérioration de la qualité optique des faisceaux. A cause de leur très forte intensité, ceux ci modifient de manière conséquente les propriétés optiques du milieu qu’ils traversent. Des physiciens du Laboratoire pour l’utilisation des lasers intenses (LULI – CNRS / Ecole Polytechnique), du Centre lasers intenses et applications (CELIA – Univ. de Bordeaux 1 / CNRS / CEA), de l’Université d’Osaka (Japon) et le Fox Chase Cancer Center de Philadelphie (USA) ont pour la première fois éclairci un de ces phénomènes fondamentaux, le couplage entre faisceaux lasers voisins. Ils ont observé et analysé comment et sous quelles conditions plusieurs faisceaux pouvaient se fondre en un seul.
Herschel observe les filaments interstellaires
Une actualité du CEA. Le télescope spatial Herschel de l’Agence spatiale européenne (ESA) a livré aux astrophysiciens des images inédites de réseaux de filaments interstellaires, au sein desquels se formerait la majorité des étoiles. En recoupant ces observations avec des modèles théoriques, les chercheurs ont pu caractériser précisément ces filaments, une nouvelle avancée pour comprendre où et comment naissent des étoiles. Ces travaux d’une équipe internationale coordonnée par le laboratoire AIM Paris Saclay (CEA-Irfu, CNRS, Université Paris Diderot) sont publiés en ligne dans Astronomy and Astrophysics le 13 avril.
Une mesure encore plus précise de la « constante de structure fine »
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS. Une équipe de physiciens du Laboratoire Kastler Brossel (CNRS / UPMC / ENS) vient de réaliser une nouvelle mesure de la « constante de structure fine » qui permet le test le plus précis à ce jour de l'électrodynamique quantique, la théorie qui décrit les interactions entre lumière et matière.
Le piège mécanique ultra-rapide d'une plante carnivore analysé
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS. Comment les utriculaires, ces plantes carnivores aquatiques couramment rencontrées dans les marais arrivent-elles à capturer leurs proies en moins d'une milliseconde ? Une équipe de physiciens du Laboratoire Interdisciplinaire de Physique (CNRS/Université Joseph Fourier Grenoble 1) vient d'identifier l'ingénieux processus mécanique qui permet à la plante de prendre au piège tous les petits animaux aquatiques un peu trop curieux qui s'en approcheraient. C'est l'inversion de sa courbure et la libération de l'énergie élastique associée qui sont à l'origine du piège aquatique le plus rapide que l'on connaisse.
Voir entièrement le Soleil !
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS. Pour la première fois, le Soleil est visible dans son intégralité. Observer le Soleil à 360°, au même instant, est rendu possible grâce aux deux sondes jumelles de la mission STEREO de la NASA. Des chercheurs français du CNRS, de l’Observatoire de Paris, des universités Paris-Sud 11, Pierre et Marie Curie, Paris Diderot et Toulouse 3, participent, avec le soutien du CNES, à trois des quatre instruments embarqués à bord de ces sondes. Les scientifiques peuvent désormais suivre l’évolution des structures solaires pendant toute leur durée de vie. Ils espèrent notamment mieux appréhender les éjections de masse solaire et leurs impacts sur la Terre.
Comment se forment les structures plissées ?
Un communiqué de presse du CNRS. Qu'ont en commun les circonvolutions de notre cerveau, l'apparition des rides sur la peau, la formation des chaînes de montagnes et des empreintes digitales ? Toutes ces structures, pourtant si différentes, résultent d'un même processus : la compression d'une « feuille rigide ». Une équipe franco-belge impliquant le Laboratoire de physique statistique (CNRS/ENS Paris/UPMC/Université Paris Diderot) et le Laboratoire « Interfaces et Fluides Complexes » de l'Université de Mons en Belgique vient de révéler l'un des mystères de la formation de ces structures plissées. Ces travaux permettent de mieux comprendre et donc de prédire leur apparition.
Superfluidité de la lumière
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS. Lorsque la lumière rencontre un petit obstacle, elle est diffractée : une partie de l'énergie quitte le faisceau lumineux. Même si l'on essaie de canaliser l'énergie lumineuse dans un guide comme une fibre optique, la présence de défauts se traduit par la perturbation de la propagation. Deux physiciens théoriciens du Laboratoire de physique théorique et modèles statistiques (LPTMS - Univ. Paris Sud 11 / CNRS) viennent de montrer que cela n'est pas une fatalité.
Le prix Nobel de physique 2010 attribué à Andre Geim et Konstantin Novoselov
Le Prix Nobel de Physique 2010 a été décerné à Andre Geim et Konstantin Novoselov (Université de Manchester, Royaume-Uni) pour leurs expériences (qualifiées de révolutionnaires par le comité Nobel) sur le graphène, un cristal de carbone bidimensionnel.
Un cycle d’activité analogue à celui du Soleil découvert dans une étoile lointaine
Une actualité du CEA. Grâce aux données du satellite CoRoT (Convection, Rotations et Transits planétaires) du CNES, une équipe internationale, incluant des chercheurs français du CEA, de l’Observatoire de Midi-Pyrénées et de l’Observatoire de Paris, décèle dans une étoile située à 100 années-lumière un cycle d’activité magnétique analogue à celui du Soleil. Ce résultat, obtenu pour la première fois par la technique de sismologie stellaire, est publié le 27 août 2010 dans Science.
Quelle est la taille du proton ?
Le proton, l'un des constituants fondamentaux de la matière, serait plus petit que ce que l'on pensait jusqu'à présent. Une collaboration internationale de physiciens, à laquelle participe l'équipe Métrologie des Systèmes Simples et Tests Fondamentaux du Laboratoire Kastler Brossel (ENS Paris/UPMC/CNRS), vient de mesurer avec une extrême précision le « rayon » du proton. La valeur obtenue est différente de la valeur mesurée précédemment... Ceci pourrait remettre en cause certaines prédictions de l'électrodynamique quantique, l'une des théories fondamentales de la physique quantique, ou bien la valeur de la constante de Rydberg (constante physique la plus précise à ce jour).
Comment éclatent les bulles ?
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS. De savon, de soda ou d’eau de mer, quand une bulle éclate, elle ne disparaît pas simplement mais se divise en un anneau constitué de bulles plus petites, entraînant une cascade d’éclatements de bulles. Ce phénomène universel vient d’être découvert et modélisé par des physiciens du CNRS de l’Institut de physique de Rennes (CNRS/Université Rennes 1) et des Universités de Harvard et de Princeton aux Etats-Unis. Ces travaux publiés dans la revue Nature, pourraient trouver des applications en industrie et en océanographie.
Confirmation expérimentale des théories sur la surfusion ou pourquoi l’eau ne gèle pas dans les nuages
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS. La surfusion est un état de la matière qui ne peut se produire qu’avec un liquide très pur et ne contenant pas de germes cristallins. La pureté extrême du liquide ne permet pas à la cristallisation de prendre, autrement dit au liquide de geler, alors que la température est inférieure à son point de congélation. Les nuages de haute altitude sont un bon exemple de ce phénomène : ils sont constitués de minuscules gouttelettes d’eau qui, en raison de la pureté de l’air, ne forment pas de glace malgré de très basses températures.
Comment les molécules d’eau adhèrent à une gouttelette du même liquide ?
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS. Présentation des résultats d'une expérience qui étudie le collage d’une molécule d’eau sur un agrégat d’eau.
La Médaille Boltzmann 2010 est attribuée au physicien Bernard Derrida
Plus haute distinction en physique statistique (décernée tous les trois ans), la médaille Boltzmann récompense cette année Bernard Derrida, physicien au laboratoire de Physique Statistique de l'Ecole normale supérieure de Paris, professeur à l'Université Pierre et Marie Curie et membre de l'Académie des Sciences.
Alain Aspect lauréat du Prix Wolf de physique 2010
Le prix Wolf 2010 a été conjointement décerné en physique à Alain Aspect, directeur de recherche au CNRS (Laboratoire Charles Fabry de l'Institut d'optique – Institut d'optique/CNRS/Université Paris-Sud 11), à John F. Clauser (USA) et à Anton Zeilinger (Autriche) pour leurs travaux en physique quantique.
La pluie d'étoiles filantes des Géminides, 14 décembre 2009
Cette année, le maximum d'acticité de la pluie d'étoiles filantes des Géminides aura lieu dans la nuit du 13 au 14 décembre et les conditions d'observation sont idéales car cela survient en période de nouvelle lune.
Le télescope Fermi détecte l'éruption exceptionnelle d'un blazar en rayons gamma
Le télescope Fermi a permis aux astronomes de détecter l'éruption exceptionnelle d'un blazar, un quasar dont les jets de particules sont orientés dans notre direction. Cette galaxie à noyau actif est actuellement la source la plus brillante du ciel jamais observée en rayons gamma.
Un spectromètre ultrasensible bat tous les records
Un spectromètre aux performances inégalées capable d'identifier des traces infimes de gaz en temps réel a été développé par des chercheurs du Laboratoire de Photophysique moléculaire du CNRS (LPPM) et du Max Planck Institute of Quantum Optics (Allemagne). Dirigée par Theodor W. Hänsch, prix Nobel de physique (2005) et Nathalie Picqué du LPPM, l'équipe internationale a conçu un instrument basé sur deux lasers peignes de fréquences femtosecondes.
ALMA, un interféromètre millimétrique/submillimétrique astronomique
Une équipe d'astronomes et d'ingénieurs travaillant au développement du projet de grand interféromètre millimétrique et submillimétrique ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) vient d'obtenir le premier signal sur site.
Redémarrage du LHC sur les chapeaux de roue... ou plutôt d'anneau !
Depuis le 20 novembre 2009 les faisceaux de particules circulent à nouveau dans le Grand collisionneur de hadrons du CERN (LHC). Et dès le 30 novembre, c'est devenu l'accélérateur de particules ayant l'énergie la plus élevée au monde : son double faisceau de protons a été porté à une énergie de 1,18 TeV.
Le prix Nobel de Physique 2009 attribué à Charles Kao, Willard Boyle et George E. Smith
Le Prix Nobel de Physique 2009 a été décerné pour moitié à Charles Kao (Standard Telecommunication Laboratories, Harlow, Royaume-Uni et Université chinoise de Hong Kong) et pour moitié conjointement à Willard Boyle et George Smith (Bell Laboratories, USA).
Une cape d'invisibilité... contre les séismes !
Des écoles et des hôpitaux équipés pour ne pas ressentir les effets d'un séisme... Des chercheurs du CNRS ont imaginé à l'Institut Fresnel de Marseille un dispositif qui isole des ondes sismiques les plus dévastatrices. Conçue à partir de modèles mathématiques, cette « cape d'invisibilité » laisse présager des applications allant de l'industrie automobile et aéronautique aux protections antisismiques.
Quand les micro-bulles se mettent en rang
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS.
Médaille d'or 2009 du CNRS : Serge Haroche, physicien et explorateur du monde quantique
La Médaille d'or 2009 du CNRS est décernée au physicien Serge Haroche. Cette distinction récompense une personnalité scientifique dont les travaux ont contribué de manière exceptionnelle au dynamisme et au rayonnement de la recherche française. Serge Haroche est spécialiste de physique atomique et d'optique quantique. Il est l'un des fondateurs de l'électrodynamique quantique en cavité, domaine qui permet, par des expériences conceptuellement simples, d'éclairer les fondements de la théorie quantique et de réaliser des prototypes de systèmes de traitement quantique de l'information. Professeur au Collège de France depuis 2001, Serge Haroche dirige le groupe d'électrodynamique des systèmes simples au sein du laboratoire Kastler Brossel (École normale supérieure/Université Pierre et Marie Curie/CNRS).
Des biomolécules plaquées argent !
Une actualité de l'Institut de Physique du CNRS.
Découverte d'une exoplanète, à ce jour la moins massive : seulement deux fois la masse de la Terre
Une équipe d'astronomes franco-suisse-portugaise vient de découvrir l’exoplanète de plus petite masse encore jamais mise en évidence autour d'une étoile. La dénommée Gl581e (4ème planète découverte dans ce système) a une masse seulement 2 fois supérieure à celle de la Terre. Elle orbite en 3,15 jours autour de son étoile: Gliese 581. Les observations de cette équipe révisent aussi légèrement l'orbite d'une autre planète du système, Gl581d (7 masses terrestres), la plaçant de manière plus évidente dans la zone habitable de son étoile. Une étape de plus dans la recherche de planètes équivallentes à notre Terre !