Ressources scientifiques
pour l'enseignement de la physique

Un partenariat entre

ENS Lyon Eduscol
Outils personnels
Navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil Actualités Lumière et Art

Lumière et Art

Le numéro 112 de la revue Photoniques présente un projet Arts et Sciences.

GAIN scenography est un projet Arts et Sciences qui vise à créer des œuvres lumineuses immersives s’appuyant notamment sur la technologie laser. Grâce aux compétences techniques de ses créateurs, élèves ingénieurs en optique théorique et appliquée, la première œuvre lumineuse du projet a pu voir le jour : Aurora, projection d’un laser réfracté par un système de filtres avec laquelle le public peut interagir via un dispositif de Kinect.

L’œuvre lumineuse Aurora est le fruit d’une projection laser réfractée par un filtre en verre moulé (figure a). Ce filtre rugueux comporte une multitude de petits dioptres, aux inclinaisons sensiblement différentes entre eux, sur lequel est envoyé un faisceau laser (figure b). En fonction du dioptre qu’elle rencontre, chaque portion du faisceau est alors réfractée différemment, produisant ces petites excroissances lumineuses caractéristiques de l’effet Lumia.
Lors de la création de l'œuvre, il a été nécessaire d’étudier la façon dont nous pouvions fabriquer ces filtres. Toute la difficulté était de disposer de rugosités « suffisamment pentues » afin de réfracter correctement les différentes parties du faisceau laser. Notons que le filtre ne doit pas être constitué d’une répartition de rugosités fines, déviant faiblement la lumière. Dans ce cas, les différentes parties du faisceau interféreraient entre elles pour créer une figure de tavelure (figure c).
 Ici, trois paramètres principaux pouvaient être facilement ajustés : le matériau utilisé, la taille des rugosités et l’épaisseur pic-vallée du filtre. Avec une transmission élevée, les verres moulés et les plastiques transparents étaient de bons candidats. Ces derniers ont pour avantage de pouvoir facilement être gravés à la découpe laser, ce qui permet d’imprimer des filtres avec des rugosités de tailles et de profondeurs très variées. À la suite d’une phase de tests avec un faisceau laser collimaté de diamètre 4 mm (Laserworld 3000 RGB), seuls les filtres fins de moins de 3mm d’épaisseur et dont les tailles moyennes de rugosités étaient entre 1.5 mm et 3mm ont  été jugé artistiquement intéressants.

Lire l'article sur le site de Photoniques

aurora