Ressources scientifiques
pour l’enseignement de la physique

Un partenariat entre

ENS Lyon Eduscol
Outils personnels
Navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil

Mots-clés

géophysique comète périhélie astronomie

La comète Panstarrs visible dans le ciel de l'Ouest juste après le coucher du soleil

Pierre Thomas

ENS Lyon - Laboratoire de Géologie de Lyon

Olivier Dequincey

ENS Lyon / DGESCO

19/03/2013

Résumé

Observation du passage de la comète C/2011 L4 Panstarrs en mars 2013.


Figure 1. La comète Panstarrs vue depuis les Monts d'or Lyonnais au-dessus de Limonest (banlieue lyonnaise), 15 mars 2013 vers 19h40

La comète Panstarrs vue depuis les Monts d'or Lyonnais au-dessus de Limonest (banlieue lyonnaise), 15 mars 2013 vers 19h40

Cette photo a été prise avec un appareil "normal", avec un zoom 18-200, une pose d'environ 2 s, appareil posé sur le toit d'une voiture. La focale était voisine de 60 mm.


Depuis une semaine et pour encore 2 à 4 semaines, une belle comète nous rend visite. Elle est visible tous les soirs à l'Ouest, après le coucher du soleil. Elle n'est pas toujours facile à voir à l'œil nu, car elle est perdue dans les lueurs rougeoyantes du soleil couchant. On la voit bien une fois le soleil couché et le ciel assombri. À l'œil nu, mais surtout à la jumelle, on voit très bien sa queue, dont la visibilité et la taille apparente dépend de la "noirceur" du ciel et de la quantité de brume à l'horizon. Mi-mars, dans un ciel encore assez éclairé, et avec une légère brume, la taille de la queue était comparable au diamètre apparent de la Lune. Les trois premières photographies ont été prises le 15 mars, en banlieue lyonnaise sans matériel particulier : un reflex classique, un objectif 18-200, et le toit de ma voiture comme "pied" pour faire des poses de quelques secondes. Les trois suivantes ont été prises dans la région de Vichy (Allier), les 13 et 14 mars peu avant 20h00, et du Puy-en-Velay, le 15 mars vers 20h00, par un ami mieux équipé, avec un objectif 70-200 mm ou 140-400 mm, un pied photo, voire un suivi équatorial motorisé.

Figure 2. La comète Panstarrs vue depuis les Monts d'or Lyonnais au-dessus de Limonest, 15 mars 2013 vers 19h40

La comète Panstarrs vue depuis les Monts d'or Lyonnais au-dessus de Limonest, 15 mars 2013 vers 19h40

Cette photo a été prise avec un appareil "normal", avec un zoom 18-200, une pose d'environ 3 s, appareil posé sur le toit d'une voiture. La focale était voisine de 90 mm.


Figure 3. La comète Panstarrs vue depuis les Monts d'or Lyonnais au-dessus de Limonest, 15 mars 2013 vers 19h50

La comète Panstarrs vue depuis les Monts d'or Lyonnais au-dessus de Limonest, 15 mars 2013 vers 19h50

Cette photo a été prise avec un appareil "normal", avec un zoom 18-200, une pose d'environ 2 s, appareil posé sur le toit d'une voiture. La focale était voisine de 75 mm.


Figure 4. La comète Panstarrs vue depuis la région de Vichy, 13 mars 2013 à 19h53

La comète Panstarrs vue depuis la région de Vichy, 13 mars 2013 à 19h53

Ce 13 mars, un fin croissant de Lune (avec une belle lumière cendrée) était suffisamment proche de la comète pour être saisi avec elle sur le même cliché. On peut, avec le schéma final, retrouver la position de la Lune et de la comète ce 13 mars 2013.

Cette photo a été prise avec un objectif 70-200 (réglé à 200 mm), ouverture F/2.8, pose de 0,5 s, 1600 ISO, avec un trépied photo.


Figure 5. La comète Panstarrs vue depuis la région de Vichy, 14 mars 2013 à 19h54

La comète Panstarrs vue depuis la région de Vichy, 14 mars 2013 à 19h54

Cette image a été prise du même endroit que la figure précédente. Mais ce 14 mars, quelques nuages changent l'esthétisme de la photo.

Cette photo a été prise avec un objectif 140-400 (réglé à 155 mm), ouverture F/5.6, 1600 ISO, pose de 4 s, avec un pied photo.


Figure 6. La comète Panstarrs vue de Betz (altitude ~600 m) près de Saint Julien en Chapteuil au-dessus de l'éclairage de la ville du Puy-en-Velay, 15 mars 2013 à 20h09

La comète Panstarrs vue de Betz (altitude ~600 m) près de Saint Julien en Chapteuil au-dessus de l'éclairage de la ville du Puy-en-Velay, 15 mars 2013 à 20h09

Cette photo a été prise avec un objectif 140-400 (réglé à 270 mm), ouverture F/5.6, 1600 ISO, pose de 6 s, avec suivi équatorial motorisé.


À quelle heure observer la comète Panstarrs un soir donné ?

Un soir donné, par exemple le 19 mars, plus on attend longtemps après le coucher du soleil, plus le ciel est sombre et plus la comète se détache sur le bleu de plus en plus foncé du ciel. Mais plus on attend, plus elle est basse sur l'horizon et plus elle risque d'être noyée dans la brume toujours plus épaisse au ras de l'horizon. Et si on attend trop, elle sera couchée derrière l'horizon (une comète, comme n'importe quel astre, tourne apparemment et descend vers l'Ouest de 15° par heure). Il faut donc chercher un compromis qui dépendra de la topographie et de la météo locale. Les photos ci-dessus ont été prises les 13'14 et 15 mars 2013, entre 19h40 et 20h10 (heure légale) depuis la banlieue lyonnaise, la région de Vichy (Allier) ou du Puy-en-Velay.

Quels jours observer la comète Panstarrs d'ici sa "disparition" en avril ou mai 2013 ?

La comète Panstarrs est passée à son périhélie le 10 mars 2013, à environ 50.000.000 de km du Soleil.

Avant début mars, elle était, vue de l'hémisphère Nord, située « au-dessous du Soleil », donc "visible" depuis la France métropolitaine seulement dans la journée, c'est-à-dire, en fait, inobservable. Jusqu'au 11-12 mars, elle était trop proche du Soleil, vue de la Terre, pour être visible. À partir du 11-12 mars, elle est suffisamment éloignée du Soleil (« au-dessous du Soleil » pour un observateur métropolitain) pour se coucher dans un ciel suffisamment sombre pour être admirée des latitudes moyennes de l'hémisphère Nord. Plus on attend à partir de mi-mars, plus elle sera haute sur l'horizon (en dérivant vers le NO), plus elle se couchera tard et dans un ciel de plus en plus sombre.

Mais plus on attend à partir de mi-mars, plus la comète s'éloigne et de son périhélie et de la Terre. La distance réelle Soleil-comète augmente. Moins chauffée, la comète se sublime moins et sa queue devient de plus en plus petite. Et, de plus, elle s'éloigne de la Terre. Donc, plus on attend à partir de mi-mars, plus la comète et sa queue se détacheront et seront bien contrastées sur un ciel sombre, mais plus la queue sera petite, sauf si des "éruptions" la réalimentent provisoirement. Quand sera-t-elle la plus spectaculaire à observer ? L'avenir le dira. On ne peut que conseiller d'observer l'horizon Ouest puis Nord-Ouest tous les soirs à partir de 19h30-20h, et ce jusqu'à sa baisse définitive de visibilité.

Figure 7. Schéma fait à partir d'une compilation de dessins que l'on peut trouver sur le web ou dans la presse spécialisée montrant la position (approximative) de la comète Panstarrs durant le mois de mars 2013 dans le ciel de France métropolitaine au-dessus de l'horizon Ouest, 1/2h après le coucher du soleil

Schéma fait à partir d'une compilation de dessins que l'on peut trouver sur le web ou dans la presse spécialisée montrant la position (approximative) de la comète Panstarrs durant le mois de mars 2013 dans le ciel de France métropolitaine au-dessus de l'horizon Ouest, 1/2h après le coucher du soleil

Avant le 10 mars, la comète était (vue de la Terre) trop proche du Soleil pour être observable le soir. On a pu commencer à la voir en soirée à partir du 11-12 mars. Plus on observe la comète après la mi-mars, plus elle est haute dans le ciel, dans un ciel de plus en plus sombre et elle se couche longtemps après le Soleil. Mais plus sa queue est apparemment petite (elle s'éloigne du Soleil, donc sa queue s'amoindrit, et elle s'éloigne aussi de la Terre). Sa visibilité maximale se situera vraisemblablement entre le 15 et le 30 mars 2013.


La comète Panstarrs (de son vrai nom C/2011 L4 Panstarrs) a été découverte en juin 2011 grâce au télescope Panoramic Survey Telescope and Rapid Response System , télescope dont le but principal est la recherche d'astéroïdes géocroiseurs. Cette comète a une orbite inhabituelle, en ce sens qu'il s'agit apparemment d'une orbite hyperbolique. Elle va donc quitter le système solaire à tout jamais. Elle provient très vraisemblablement du nuage de Oort. Elle en a été expulsée avec une vitesse « plus importante que la normale » (ou a été, un jour, accélérée par un passage près de Jupiter ou de Saturne), et c'est cette grande vitesse qui a donné ce type d'orbite à Panstarrs.

Cette comète Panstarrs n'est peut-être qu'un "hors d'œuvre". En effet, on attend une comète très "prometteuse", nommée C/2012 S1 Ison, et qui sera a priori beaucoup plus spectaculaire que Panstarrs. Elle sera visible les matins de novembre puis décembre 2013, à moins que son passage à son périhélie le 28 novembre 2013, à seulement 2.000.000 de km du Soleil ne la détruise. À suivre !